Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

On parle de CIVILISATION ; le nouvel album d'ORELSAN (19.11.21)

Comment se détacher de ses pulsions et pourquoi
Réussir à marcher sans béquilles dans sa vie de tous les jours



Salut à tous
Aujourd'hui je fête mon 138eme jour sans tabac , soit 5 Mois sans cigarettes d'ici 12 jours !!! Et je le vis assez bien, je vais pas en reparler ici, il y a d'autres avis anciens à lire si ça vous dit.

Je voudrais parler dans cet article, de toutes nos pulsions, ces trucs dont on est accro, par envie, par habitude, etc. On reconnait ces accoutumances lorsqu'on a envie de s'en défaire mais qu'on continue quand même. C'est d'ailleurs pour ça que j'ai eu vraiment envie de stopper la cigarette.

Donc en ce moment oui , je fais le Jeûne intermittent et ça fait du bien !! Et j'essaye aussi le moins de sucre possible.
Le jeune intermittent consiste à ne pas manger pendant un certain laps de temps. Le laps de temps peut être plus ou moins long, moi je fais par exemple mon dernier gouter (qui est d'ailleurs léger) vers 17h-17h30 et je ne remange que le lendemain matin vers 7h. Ce qui laisse un temps de repos pour le corps de 14h.
C'est plus facile qu'un jeune complet, et ce n'est pas pour les mêmes raisons qu'on fait l'un ou l'autre. 

Le long JEUNE , est une expérience à prendre avec des pincettes, qui demande concentration, calme et détermination.
Le jeune intermittent est plus facile avec un peu d’expérience, ça permet de mieux s'écouter, de mieux jauger comment on a faim etc.

En ce moment je fais donc sevrage de tous mes réflexes compulsif qui me servaient de béquilles 'sociales'

Exemples pour moi :.
Manger compulsivement pour lutter contre l'ennui
Fumer pour avoir une dynamique sociale et combler mon manque d'assurance
Boire pour fuir la réalité et éclater la timidité

Bref re mettre de la modération dans tout ça. Voir supprimer tout ça. Ça permet d'être plus clair avec soi même et plus 'propre'

C'est pas toujours facile d'enlever ces béquilles. Car on a l'impression d'un coup de plus savoir quoi faire ni où se mettre. Mais au final avec le temps on apprend à marcher nickel de plus en plus facilement.

Chaque personne à ses propres béquilles et chaque béquille à sa propre raison d'être et pas toujours la même que le voisin forcément.

À chacun de trouver son rythme pour lâcher ses béquilles. Faut pas forcer.
Bonne marche à tous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Hébergé par Overblog